NPA 86

Besancenot : " Il faudrait une bonne vieille révolution "

mercredi 27 novembre 2013 par redac-npa86

Le facteur le plus médiatique de France était, hier, à Poitiers. A la Maison du peuple forcément. Olivier Besancenot, membre de la direction du NPA, continue ses tournées… politiques « une à deux fois par mois en région », assure-t-il. « Je n’ai jamais déserté le terrain. » Comme « Philippe (Poutou) », ancien candidat à l’élection présidentielle de 2012. Et quelques autres militants, moins connus. Le motif de déplacement du médiatique postier dans la capitale régionale du Poitou-Charentes n’est pas lié aux prochaines échéances électorales de mars 2014 : « Je viens ici parce qu’il y a des militants, qu’il y ait une élection ou pas. On est dans le temps de l’action, de l’urgence sociale, de l’urgence politique. »

Olivier Besancenot a gardé son look de jeune homme et ses convictions intactes, seule sa barbe de trois jours rappelle qu’il est aussi dans l’air du temps. Sa proposition politique reste non négociable  : « Il faudrait une bonne vieille révolution, croit-il savoir qui passerait par une explosion sociale, par la rue et des grèves  ». Pour faire naître « une vraie société démocratique ». Le leader du NPA a délivré, hier soir, son message récurrent  : l’interdiction des licenciements, l’égalité des droits, la sortie du nucléaire… Bref, un programme connu qu’il répète à l’envi. Un programme qui ne peut s’appliquer avec la seule volonté de son courant politique  : « Il faut une proposition unitaire », déclare-t-il. Olivier Besancenot rêve d’une gauche rassemblée, pas n’importe laquelle – et surtout pas celle de François Hollande, qui mène « une politique de droite » – celle constituée par les plus opposés au gouvernement. Hier soir, le leader du NPA a pris le temps de discuter avec les militants, « c’est précieux de le faire sans enjeux immédiats.  » Olivier Besancenot, le facteur de Neuilly, est venu solliciter aussi ses camarades pour qu’ils mettent la main à la poche  ; le parti cherche 1 M€. Lui, le facteur de Neuilly, qui touche « 1.100 € par mois  » et fait, dit-il, « comme tout le monde » pour vivre.

Didier Monteil

200

C’est le nombre de participants au meeting du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), lundi soir à la Maison du Peuple. Après un appel lancé aux militants d’EELV (Europe écologie les verts) et au Front de Gauche à « constituer ensemble une liste pour les prochaines municipales sur Poitiers », Olivier Besancenot, membre de la direction du parti trotskiste, a pris la parole pour critiquer le président de la République et le premier ministre, accusés de « faire une politique de droite », et la droite de marcher sur les plates bandes de l’extrême droite. Olivier Besancenot a appelé son auditoire à « ne pas avoir peur », à « se battre sur le terrain des luttes » et à « abattre les frontières entre les peuples ». « 20.000 immigrés sont morts noyés dans la Méditerranée et personne ne se révolte  ! »

Lien vers l’article "Le chiffre : 200".


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 306787

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils en parlent !  Suivre la vie du site Presse Quotidienne Régionale   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 2