NPA 86

"On NE VEND PAS UN THÉÂTRE pour en faire des apparts de luxe et des magasins !"

vendredi 27 mars 2015 par redac-npa86

Réaction de Jacques Arfeuillère, président du collectif contre la vente de l’ancien théâtre de Poitiers, suite à la validation de la vente par le tribunal administratif.

"Bon, le tribunal administratif de Poitiers a validé la vente du théâtre de Poitiers et ne reconnait pas que le prix de vente est ridicule, ne reconnait pas que les élus n’ont pas été suffisamment informés, ne reconnait pas, malgré les déclarations des élus de l’époque, que cette vente était accompagnée de ce qui paraît bien être une commande publique (les travaux de séparation entre ce qui serait public et ce qui serait privé demandés au promoteur pour 500 000 euros et qui permettraient de construire leur salle ridicule d’arts visuels au plafond bas...).

Bon, je ne sais pas pour vous, mais moi, je ne suis pas convaincu... et je ne suis pas le seul. On a beau nous condamner à payer chacun 100 euros (sans doute pour nous dissuader d’aller plus loin), on a beau avoir raclé les fonds de tiroir pour réunir de quoi payer les frais de justice et d’avocat, je ne pense que nous allons renoncer. D’abord parce que sur le fond, le déni de démocratie est toujours là, la menace sur le chef d’œuvre de Lardillier est plus que jamais présente ; ensuite parce que beaucoup comptent sur cette salle pour répéter, se produire, venir voir l’expression d’une culture populaire et vivante, débattre, vivre la culture ailleurs qu’en vitrine ; surtout parce qu’on NE VEND PAS UN THÉÂTRE pour en faire des apparts de luxe et des magasins !

La décision sera prise collectivement mais je ne doute pas que nous allons aller en appel : le rapporteur est allé chercher ses arguments dans le fond des fonds de la jurisprudence, a coupé les cheveux en 4000000 pour démontrer que le théâtre ne valait pas plus que la surface de terre agricole du néolithique qu’il occupe aujourd’hui. La cour d’appel de Bordeaux tranchera cet aspect du dossier.

De même qu’un autre tribunal devra dire en quoi le projet du promoteur est contraire au Plan de Sauvegarde de la ville : nous attaquerons le permis de construire pour le saccage programmé de la valeur patrimoniale de l’édifice ; nous demanderons au ministère de la culture pourquoi le théâtre n’est pas classé quand les plus grands spécialistes affirment qu’il doit l’être.

De toute façon, nous ne trahirons pas les 8000 signataires de la pétition à qui nous avons promis de tout faire pour que ce théâtre revienne à ceux à qui ils appartient, les poitevins et les autres. Nous ne trahirons pas tous ces gens rencontrés dans nos fêtes, nos animations, nos rencontres et qui, tous, nous ont dit leur attachement à cette culture que cette scène leur a fait partager, celle qui ne pompe pas toutes les finances d’une ville pour en faire resplendir le prestige, celle qui réunit autour du plaisir d’être ensemble et de construire de l’intelligence collective.

Nous ne trahirons pas tous ceux que révoltent le fait qu’une décision soit prise à l’encontre des promesses, que révulsent le fait qu’un dialogue ne soit jamais ouvert. La décision d’aujourd’hui n’est qu’une péripétie. Nous savons que le combat est long mais il est juste. Nous tenons depuis deux ans, nous saurons bien aller plus loin. Nous avons besoin de tous : sur le parvis du théâtre de Poitiers, c’est une certaine idée de la démocratie que nous défendons, c’est aussi une certaine idée de la culture, du lien social, et de l’échange. Aidez-vous à garder une richesse qui ne doit rien au pouvoir de l’argent."

Lien de la NR sur la décision du Tribunal : http://www.lanouvellerepublique.fr/...


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 279029

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour le Théâtre de Poitiers   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 57