NPA 86

Mobilisation des enseignant-e-s précaires de l’Université de Poitiers

lundi 22 février 2016 par redac-npa86

Nous transmettons ce message reçu, de manière à faire connaître les revendications de salariés précaires de l’Université de Poitiers. (Ndlr)

Nous, doctorant-e-s et contractuel-le-s de l’Université de Poitiers, précaires de l’Enseignement supérieur et de la recherche (ESR), demandons l’amélioration sans délai de nos conditions de travail et de traitement.

Dans un contexte de casse des services publics, l’ESR est atteint de plein fouet par la politique d’austérité du gouvernement. Nous subissons la réduction croissante des moyens financiers de nos laboratoires, départements, UFR, UMR et Équipes d’accueil. Nous, précaires de l’ESR, sommes parmi les plus vivement touché-e-s par cette situation alors que nous assurons une grande partie des enseignements et contribuons pleinement au rayonnement scientifique de l’Université (publications, colloques, journées d’études). Nous demandons à être reconnu-e-s pour notre travail et refusons de jouer le rôle de variables d’ajustement budgétaire pour les universités.

Nous vivons dans un état de précarité sans précédent : astreint-e-s à des droits de scolarité conséquents, non défrayé-e-s pour nos déplacements, rémunéré-e-s de façon anarchique et tardive, peu considéré-e-s pour notre contribution pourtant décisive aux activités pédagogiques et scientifiques, nous faisons l’objet d’une exploitation inadmissible.

Les vacations d’enseignement constituent la pièce maîtresse d’un dispositif aberrant qui nous oblige à déployer toutes sortes de stratégies pour assurer nos cours. Rémunéré-e-s de façon insuffisante et irrégulière, nous sommes contraint-e-s d’avoir recours à nos ressources personnelles au quotidien. Travaillant sans contrat ni fiche de salaire, payant sur nos deniers des déplacements de plusieurs kilomètres pour une ou deux heures de TD par semaine, nous n’avons d’autre choix que d’attendre jusqu’à six mois après la fin de notre service pour être enfin rétribué-e-s. Nous en sommes donc réduits à payer pour travailler. Perçu-e-s comme des enseignant-e-s de second rang, nous ne sommes pas considéré-e-s comme appartenant au corps enseignant des départements. Nous ne disposons d’ailleurs d’aucun espace collectif ou individuel de travail, ce qui nous oblige, par exemple, à recevoir les étudiant-e-s dans les couloirs.

Quant aux ATER, leurs conditions de travail se sont, elles aussi, très fortement dégradées : en quelques années, nous sommes effectivement passés d’une majorité de contrats à mi-temps sur un an (renouvelables un an) dans lesquels une partie du temps payé pouvait encore être consacré à la recherche, à une majorité de contrats à plein temps sur six mois, ce qui est évidemment plus « rentable » pour les universités qu’un mi-temps payé aux 3/4. Cette formule, sans doute avantageuse sur un plan strictement budgétaire, s’avère totalement contre-productive et injuste sur le plan des conditions d’études : payés au semestre, les ATER consacrant le reste de leur temps à leur recherche le font à leurs frais. Les activités scientifiques des doctorant-e-s et docteur-e-s sont ainsi sacrifiées sur l’autel de l’austérité.

Ces conditions déplorables pèsent lourdement sur nos existences. Notre travail marginalisé, dévalorisé et invisibilisé génère un sentiment d’inutilité sociale alors même que, sans notre concours, l’Université ne pourrait plus fonctionner. Nous aimerions croire que les valeurs d’égalité et de justice n’ont pas été totalement abandonnées par l’institution universitaire, mais notre expérience démontre quotidiennement le contraire.

La précarisation accentue les rapports de domination : elle nous isole et nous fragilise en nous imposant des contraintes toujours plus lourdes qui altèrent notre disponibilité pour la recherche, à l’heure où les directions d’universités prétendent, dans leurs discours officiels, aux enjeux de l’« excellence ». Nous refusons désormais de faire les frais de cette hypocrisie.

À la suite des précaires des universités de Nantes, Lyon, Paris, Rennes, des mobilisations de Sciences en marche et des multiples appels des vacataires et des titulaires à une révision drastique de la politique d’emploi de l’ESR, nous affirmons nos revendications pour des conditions de travail et de rémunération qui, loin de viser l’impossible, soient simplement dignes et justes. Nous rejoignons ici des revendications qui, même si elles s’énoncent de façon éclatée en raison de notre dispersion géographique et de l’organisation d’une anomie fonctionnelle au sein de l’ESR, sont bel et bien des revendications communes aux universités françaises :

Nous exigeons en premier lieu :

  • La signature d’un véritable contrat de travail à durée déterminée
  • La mensualisation du paiement des heures effectuées
  • L’envoi d’une fiche de paie chaque mois afin, entre autres, de justifier de nos droits auprès de Pôle emploi

Nous exigeons aussi :

  • L’exonération des frais d’inscription pour les vacataires employés par l’Université, sans plancher horaire
  • Le remboursement des frais de déplacement
  • Un espace dédié à notre travail et aux échanges avec les étudiants

Les doctorant-e-s et contractuel-le-s des départements de Sociologie, Psychologie, Géographie, Lettres et langues de l’Université de Poitiers.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 254595

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour leur emploi, leur salaire   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 647