NPA 86

Succès de la journée de grève du 12 septembre.

mardi 12 septembre 2017 par redac-npa86

Le 12 septembre, dans la Vienne, a tenu ses promesses.

A Châtellerault, d’abord, où la manifestation du matin a rassemblé 1000 personnes. Châtellerault est une ville important pour la mobilisation puisque c’est un bassin industriel, regroupant encore beaucoup d’ouvrier-es.

A Poitiers, dès le matin, 8h, le lycée Victor Hugo fût bloqué par près de 300 lycéen-nes. Au même moment quasiment, la faculté de Sciences Humaines et Arts, rue Descartes, a elle aussi été bloquée par un groupe d’étudiant-es. Cela démontre qu’une mobilisation de la jeunesse est possible.

Toujours à Poitiers, le dépôt de bus Vitalis a été bloqué par les grévistes de l’entreprise. Quasiment aucun bus n’a pu circuler.

Toute la fin de matinée, et ce jusqu’à 15h, des dizaines de jeunes, lycéen-nes et étudiant-es se sont rencontrés et ont discuté politique sur la place du marché et/ou en faculté de sciences humaines et arts.

A 15h, environ 2500 manifestant-es sont partis de la place du marché jusqu’à la préfecture, en passant par la gare. Le NPA 86 a distribué un tract à 700 exemplaires, appelant à la poursuite de la mobilisation et à son durcissement. Nous n’en avons pas eu assez !

A noter également la présence très massive de la CGT, et significative de Solidaires. Pas mal de militant-es de la France Insoumise appelant au 23 septembre. Quelques PCF et JC, quelques EELV et PS. Présent aussi un cortège de tête, plutôt libertaire, rassemblement environ 200 jeunes. Le NPA a réussi à structurer un petit cortège avec 20/25 militant-es et sympathisant-es.

L’enjeu est désormais de mettre la jeunesse en mouvement ! La prochaine journée de mobilisation, le 21 septembre (jeudi prochain) sera décisive pour renforcer le rapport de force et faire reculer le gouvernement. Le NPA et ses militant-es sont disponibles pour travailler à l’unité la plus large du mouvement.

Notons enfin que la politique de répression continue puisque deux camarades ont été embarqués en fin de manifestation par les flics. C’est un appel clair, là encore, au rassemblement le plus large, y compris de l’intersyndicale, contre la répression que nous appelons. L’état d’urgence permanent mène à une répression sans fin de nos manifestations. Cela doit cesser.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 262496

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Ils, Elles sont en lutte  Suivre la vie du site Pour d’autres raisons, mais ils, elles, le sont (en (...)   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.9 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 18